Mission

Propulser le secteur de la chimie du Québec, objectifs : 

Regrouper afin de créer une force​

Partager
des informations

Aider à affronter la concurrence​

Favoriser les partenariats stratégiques​

Rayonner le secteur de la chimie​

Historique

À l’aube des années 1990, des dirigeants d’entreprises du secteur de la chimie se sont réunis dans le but de lancer une association sectorielle afin de créer une force et de représenter les intérêts des entreprises du secteur.

Parmi les fondateurs de l’ADICQ, Monsieur Florian Bonnier, chimiste, fût le premier président de l’ADICQ. Messieurs Robert Briscoe, Jacques Pichet, Rolf Maurer et Jean Boisvert occupèrent les premiers postes d’administrateurs. Messieurs Robert Doyon, Richard Masson, Jacques Rochon et madame Raymonde Ouellette participèrent également à la mise sur pied de l’ADICQ.

En 1992, les lettres patentes furent déposés au Registraire des entreprises du Québec. Par la suite, de nombreux entrepreneurs contribuèrent au succès de l’ADICQ, dont M. Pierre Plante, qui fût le président de l’association durant 15 ans. Ces visionnaires bénévoles ont su insuffler un dynamisme au secteur, ce qui a contribué à le rendre plus fort.

L’ADICQ est fière d’être plus que jamais active auprès de ses membres. Encore aujourd’hui, le resserrement de la réglementation, la mondialisation et l’évolution des technologies mettent beaucoup de pression sur les entreprises. Le rôle de soutien de l’ADICQ est encore d’actualité!

Manon Larose, présidente du Conseil d’administration

MOT DE LA PRÉSIDENTE DU CONSEIL

Demeurer à l’affût et participer aux consultations susceptibles d’influencer les projets de règlements dans divers domaines de la chimie  sont des rôles et engagements importants de l’ADICQ.

Fière d’avoir effectué de nombreuses représentations de plaidoirie (lobbying) auprès des paliers gouvernementaux en 2023, l’ADICQ en a amélioré son efficacité stratégique notamment par sa récente association avec la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) qui représente plus de 97 000 entreprises canadiennes. Il s’agit d’un pouvoir d’influence que les entreprises ne peuvent pas nécessairement déployer individuellement. À titre d’exemple, la participation active aux consultations de Santé Canada au cours des années, a permis à notre comité Affaires réglementaires (CARA) de participer aux auditions du Comité permanent du Commerce international de la Chambre des Communes à Ottawa, les 31 octobre et 2 novembre 2023, dans le cadre du projet de Règlement sur les biocides.

Ces auditions ont permis de faire valoir nos préoccupations, notamment concernant le délai d’implantation proposé. Nous avons pu illustrer efficacement que Santé Canada est déjà aux prises avec un volume important de demandes non traitées et dont  les délais d’approbation sont largement supérieurs à la norme. Voilà l’une des raisons pour laquelle l’ADICQ a formellement demandé un moratoire, le temps de permettre aux entreprises québécoises de se conformer à la  nouvelle réglementation et surtout, à Santé Canada de traiter les centaines de demandes d’approbation d’entreprises canadiennes qui seront dans la file d’attente, avant de permettre l’accès au marché canadien aux produits déjà approuvés à l’étrangers via le « recours aux décisions étrangères (RDE) », tel que proposé dans le projet de réglementation. Nous sommes présentement en attente du rapport du Comité à la suite des auditions.

Il s’agit là d’un exemple d’intervention efficace et de ressources déployées par l’ADICQ afin de défendre les intérêts des entreprises œuvrant en chimie au Québec.

J’en profite pour remercier nos membres et partenaires qui ont mis leurs compétences à contribution lors de ces diverses consultations et je félicite notre PDG, Richard Décarie, qui a coordonné nos démarches avec excellence tout au long de l’année.

La mission de l’ADICQ se réalise et nos actions sont possibles notamment grâce aux entreprises et individus impliqués activement au sein de l’Association. Je vous en remercie très sincèrement, votre apport fait la différence. À ceux qui souhaitent s’impliquer plus directement, je rappelle nos trois comités permanents : Événement, Développement et Affaires réglementaires (CARA), ce dernier assurant une veille déterminante pour les entreprises œuvrant en chimie au Québec et nous permet, tel que démontré, de saisir et de transmettre efficacement aux divers paliers de gouvernements les préoccupations de l’industrie de la chimie au Québec.

Au plaisir de travailler ensemble et de contribuer au succès des entreprises d’ici !

RÈGLEMENTS INTERNES DE L'ASSOCIATION

Pour prendre connaissance des règlements internes de l’Association pour le Développement et l’Innovation en Chimie au Québec, ouvrez le fichier PDF dont le lien s’affiche ci-dessous.

Règlements internes